Saison 2 pour Natures urbaines, l’émission qui relie le vivant et la ville, diffusée sur les ondes de Radio Immo et Radio Territoria, dont nous sommes partenaires !

radio immo

 

À écouter
À regarder

Au programme de ce premier rendez-vous :

Un édito sur le lien. Tiens, tiens !

« Aujourd’hui, je voudrais vous parler de liens. Non pas de petits riens, bien qu’ils puissent être fins, mais d’attaches solides, de celles qui font toujours, et plus que jamais, grand bien. Car durant de longs mois, diverses actualités nous ont tenus éloignés. Eloignés, mais reliés… […] Un lien de jonc, d’osier, de paille. Le lien d’une gerbe, d’un fagot. »

Un entretien...

...sur le thème « Fabriquer la ville durable », en référence à l’ouvrage paru récemment aux éditions du Moniteur, qui consacre un chapitre à la nature en ville. Découvrez les réseaux énergétiques et leurs liens avec la nature en ville, avec deux spécialistes : Olivier Ortega, avocat associé de LexCity et Benoit Ricard, fondateur et directeur général d’E-nergy

Un reportage...

...sur le potager de l’école Méhul à Pantin, initié par l’Office central pour la coopération à l’école (OCCE), avec Carré Serre, animés par Les Jardins de Gally, évidemment ?. Un clin d’œil aux confinements, car les bacs ont été installés la veille du premier et ce reportage diffusé à l’heure du deuxième !

Liens utiles

Retrouvez aussi les liens cités dans l’émission :

Aujourd’hui, pour la rentrée de notre émission, je voudrais vous parler de liens. Non pas de petits riens, bien qu’ils puissent être fins, mais d’attaches solides, de celles qui font toujours, et plus que jamais, grand bien. Car durant de longs mois, diverses actualités nous ont, chers auditeurs, tenus éloignés. Eloignés, mais reliés, comme le titre du fil info que nous avions choisi pour garder le contact avec vous, aux Jardins de Gally. Non, le lien ne figure pas sur le site, avec le podcast. Nous avons aussi gardé le lien grâce aux antennes de Radio Immo et Radio Territoria, largement mobilisées, sur lesquelles nous avons le plaisir d’entamer une nouvelle saison.

Quel lien, avec le titre de cette émission, me direz-vous ? Ecoutons plutôt la définition de l’Académie française, dont nous ne saurions que recommander de consulter le dictionnaire en ligne. Non, vous ne trouverez pas le lien dans le podcast de cette émission ! L’Académie écrit que le lien est : « Ce qui permet de serrer en entourant, de lier entre eux divers objets, ou les différentes parties d’un objet. Un lien de jonc, d’osier, de paille. Le lien d’une gerbe, d’un fagot. ». Sous la coupole, les immortels, qui sont d’ailleurs, avec 2 L ES, de jolies fleurs, pensent aux plantes pour décrire un mot. « Prête-moi ta plume, mon ami Pierrot ? ». Non, hélas, ils ne me l’ont encore jamais demandé et sans doute heureusement pour vous. La définition du mot lien fait donc référence au vivant. On pourrait également, pour s’en convaincre, citer les lianes - non pas l’Eliane, ma marraine, que je salue ici - mais ce qui est une « Plante grimpante dont la tige flexible et très allongée s’enroule et s’attache au tronc et aux branches des arbres (s’emploie surtout pour désigner plusieurs espèces de la forêt tropicale). ». On pense, en cette période de fin de vendanges, à la vigne mais aussi, dans nos intérieurs, au splendide Monstera alias Philodendron.

Le lien, c’est aussi, d’après l’Académie « Ce qui rapproche, met en relation deux choses, établit un rapport entre elles ». On pense notamment au lien de cause à effet, et notamment à l’interdépendance des acteurs économiques. Comme me le disait d’ailleurs samedi Emmanuelle, coiffeuse chez Alvarez « Avec tout cela, on voit bien que nous sommes tous en lien ». Ces liens s’incarnent aussi par la solidarité et nous pensons tout particulièrement à nos confrères de l’événementiel, que cette radio continue d’accompagner. Alors, que faire aujourd’hui ?

Plus que jamais, après des mois à vivre « distanciés », tout ce qui nous lie est apprécié. Le printemps avait, au travail, un petit air de Gainsbourg et son Comic streap « Hangouts, Teams, Zoom… Skype ». Nous n’avons pas trouvé la marque de visioconférence adaptée à la chute de cette citation. Mais heureusement que les liens internet, définis comme « Connexion […] pour relier des programmes, des parties de programmes, des données, des documents, des sites ou des pages sur la toile », ont fonctionné. Mais n’avons-nous pas, aujourd’hui, envie de vivre de vrais liens, tangibles, physiques, sensibles, sensuels, rapprochés, parfois rugueux, effilochés, élastiques, bref : vivants ? Et si nous avions besoin d’un médiateur, pour nous habituer à nouveau au contact physique tout en respectant mieux des injonctions sanitaires certes fluctuantes mais, et ce n’est que mon humble avis, plus faciles à critiquer qu’à élaborer ? Et pourquoi pas… Par hasard… La nature ?

Les Français ont, durant le cœur de la crise, exprimé clairement leur souhait de contact avec le vivant. D’après un sondage IFOP pour BNP Paribas Real Estate, réalisé en avril, 81 % d’entre eux mettent en tête des critères pour leur prochain logement l’accès à un espace extérieur. Tandis que la pratique du jardinage elle, a explosé pendant le confinement, 43 % des Français jardinant plus dès le premier mois, d’après Mano Mano. La crise a révélé la grande difficulté de vivre la densité sans accès à des espaces ouverts et sans lien avec la nature. Et je vous invite, à ce propos, à lire la tribune que nous avons écrite, publiée en version longue par Enlarge Your Paris et avec les professionnels engagés de l’immobilier dans Immoweek. En fait, nous allons mettre les liens avec le podcast ?. Et si, dans les bureaux aussi, le lien avec le vivant s’incarnait, par un développement significatif des potagers et d’autres dispositifs comme les bureaux d’extérieur ? Je dis cela car, aux Jardins de Gally, nous aimons à le rappeler « Le végétal, c’est vivant, c’est vital. Ça fait du bien, ça crée du lien ».

Créons des liens avec la nature, pour mieux nous relier, même à distance minimale, même masqués. Continuons de nous lier, d’amitié, d’amour, de passion, d’intérêts. Car le lien, c’est enfin « Ce qui unit deux ou plusieurs personnes, les attache par des relations de diverses natures ». « A l’immortalité » est la devise des académiciens. Et la période que nous traversons nous rappelle, parfois avec violence, la beauté et la fragilité de la vie et, si difficile qu’il soit de l’accepter, de la mort. Pensons donc à la préciosité des liens qui nous unissent à celles et ceux qui nous entourent et cultivons-les, comme notre jardin.